Peines

Il est difficile d’exprimer nos peines
Celles provenants d’ailleurs

un enfant meurt
Là où on a peur

Peur de s’avouer
Que cet enfant d’ailleurs
Aurait pu être le nôtre

De là part la souffrance

L’infinie souffrance
Une peine incontrôlable

Lorsque les larmes ne sèchent plus.

Lorsque les larmes
Pourraient noyer le Québec
Tout entier

À la grandeur
D’un petit coeur
Qui a cessé de battre

Je voudrais être autre

Autre qu’humain

Je voudrais être autre
Autre

Que sans lendemain.

Je n’en peux plus de ce monde, qui marche à l’envers.

Repose en paix, petite.  Nous ne te méritions pas.

https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201905/02/01-5224313-mort-dune-fillette-a-granby-le-pere-craignait-dexploser.php via @lp_lapresse

Mon père et moi

Sur cette photo, j’avais peut-être 6 ans, peut-être un peu plus, peut-être un peu moins…je ne sais plus.  Ni mon père ni ma mère ne peuvent le confirmer.  J’avais peut-être encore un peu de jeunesse dans le corps.  Ça, je puis le constater, j’étais encore jeune.  J’ai été jeune jusqu’à l’âge de 12 ans. Et oui, à l’âge de 12 ans, je jouais encore à la poupée Barbie, c’est peu dire.  Mon papa chéri, mort si jeune (45 ans), mort accidentellement, violemment.  Frappé par un automobiliste alors qu’il était en moto, il demeura 4 mois dans le coma. Vous savez, j’avais 12 ans quand mon père était à l’hôpital .  Lorsqu’il emprunta le chemin du paradis, j’en avais 13.  Ne me demandez pas si je me souviens de ma fête, je vous parle de celle de mes 13 ans, je ne m’en souviens plus. Plus jamais je ne me souviendrai…

J’étais bien jeune pour te perdre papa, je commençais à peine à être une ado détestable.  Il est tellement dommage que nous n’ayons pu nous disputer.  Parce que tu sais, aujourd’hui, je cherche uniquement tout cet amour que tu aurais pu me donner et qui m’a toujours manqué, terriblement.
Je t’aime papa et bientôt, je viendrai te le dire là ou tu es, là-haut tout près de maman.papa