Peu pour tout dire II #vidéo

Vous savez, j’écris à mon rythme, qui selon moi, est très lent. Mais peu importe puisque ce qui compte est d’arriver à mes fins…ou espérons, à la fin de mon livre.

Pour le moment, tout ce que je puis vous offrir, ce ne sont que quelques mots qui seront à l’intérieur…ou pas…

Je vous les propose sous forme de montage vidéo. En majorité, ce sont des time-lapses devant un lac dans la région de Mont-Laurier, dans les Laurentides.

Souhaitant que ce petit instant de visionnement vous plaise tout en vous invitant à lire mon premier livre, disponible en format numérique ICI, et cela même avant que le deuxième ne prenne son envol…
…mais il tarde, je sais.

Prenez soin de vous et à bientôt ! Denise

Ici ailleurs ou sur Twitter

Twitter :

Continuer la lecture de Ici ailleurs ou sur Twitter

Du Vrac en Vrac

Considérant que mon écriture n’est qu’un produit en Vrac je m’emballe souvent à rédiger des trucs variés…attention je ne dis pas avariés… (…ça peut arriver) mais bien variés. C’est comme une montée d’adrénaline qui me pousse à sortir de mon corps pour ne plus ressentir ce même corps. Je ne respecte pas nécessairement de ligne de pensée mais parfois je n’écris qu’une seule ligne qui fait réfléchir ou laisse perplexe.

Mon écriture en Vrac n’est rien d’autre qu’un moment où je trouve une brèche dans ma vie qui me permet de m’évader ne serait-ce que le temps d’une respiration.
Le temps d’une souffrance qui est derrière moi.
Le temps de me retrouver.
Je crois que ça m’a sauvé la vie

Pour terminer en vrac quelques tweets et autres trucs :

L’amour est un sentiment tellement fort que l’on fini toujours par le détester jusqu’à ce que le plus fort l’emporte…

Il n’y  a que les fous qui ne changent pas d’idée…sauf que celui qui change trop souvent d’idée peut nous rendre fou.

Ne rien avoir dans la tête alors que le coeur lui est en surcharge…

Une lampe de détente sensorielle…serait-ce l’écran de mon portable ?

Je ne note jamais rien
je remarque
dans ma tête tout s’inscrit
comme les oublis.

Je termine sans oublier deux photos « pas rapport »

Neige fondante
sous un soleil de printemps
sans l’ombre d’un doute