La misère

Avant on se demandait régulièrement
qu’est-ce qu’on va manger. Maintenant on
se demande constamment qu’est-ce qu’on
peut encore se payer.

Page 27, Peu pour tout dire.

Il ne faut jamais baisser les bras, mais, Ô, combien de fois nous lèverions plutôt le poing.

Page 28, Peu pour tout dire.

Malgré tout, nous continuons d’acheter des graines pour les oiseaux.
Ne sont-ils pas une nourriture pour notre esprit ?

Le gros-bec errant était de passage à notre chalet dans les Laurentides.

Écriture

L’écriture
Reste une mort
Qui cherche la résurection…

Ok, je parle de la mienne. Les autres sauront sûrement survivre.
https://mobile.twitter.com/Soupir59/status/1525689277635608576


J’ai toujours aimé la chaleur des animaux et des foyers…et punaise que j’avais le toupet bien coupé drette… 🙂

Denise Souvenirs an 1968

Sais pas

Je ne sais écrire
Ni français
Ni anglais
Je ne sais écrire
Ni même un trait
Rien n’est plus vrai
Que j’existais
Sous un trait
Qu’on à tiré.

Rien de plus
Qu’un peu
Qu’un peu
Si peu
Du peu…

Photo sans les traits :

Dire que j’ai connu ma petite chienne plus longtemps que mon papa…mon papa à moi qui est mort si jeune, m’abandonnant en pleine crise d’adolescence. Mon coeur cherche encore pourquoi…pourquoi ?

Papa Souvenirs 1965

Bonheur

Le cardinal chante.
J’ouvre la fenêtre.
Ce moment de bonheur, tout petit, tout
petit.
Que je crois avoir saisi…

Peu pour tout dire. Page 50
le bonheur
avec ou sans fleurs

cardinal sous la pluie froide d’avril
Il semble dire : non mais ! Y vas-tu arrêter d’mouiller……
Mangeons dans la mangeoire pour oublier !