Twitter presque…Suite d’hier

Le début d’aujoud’hui est : ICI

Personne ne peut me briser il ne me reste plus rien de fragile.

Beaucoup de gens me manque, les autres j’les ai manqué.

La poésie, ça crève les yeux.

celui-ci est nulle part ailleurs qu’ici, je réserve parfois des surprises à qui passe par ici :
Le rêve est un somptueux parcours où l’on retrouve l’impossible bonheur.

Comptine d’Un Autre Été- Die fabelhafte Welt der Amélie Piano [Large Ver…: http://youtu.be/H2-1u8xvk54  via @youtube

Merci d’être et bonne fin de semaine à tous !

© Denise Girard Tous droits réservés, et si vous voulez me piquer une ligne, il y a des règles pour ça !

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s