Mots

L’écriture est le muscle de la tête qui nous parle.

Lorsqu’un fer à cheval te tombe sur la tête, tu risques de te retrouver les quatre fers en l’air.

Le poète est mort.  Sa muse se meurt.

La souffrance se dit mieux sous silence.

J’irai jusqu’au bout de mes rêves, si je puis arrêter de m’réveiller avant la fin.

Les mots ne sont plus qu’une  fissure sur ma bouche. [Aphasie]

Si la douleur peut se lire, elle peut aussi s’écrire.

Les feuilles tombent, mais mon moral tient encore.

Il pleut la tristesse des feuilles.

Entre le jour et la nuit, les étoiles dansent.  Le soleil attend son tour.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s