pensées

Ma vie est peut-être amputée, mais heureusement, elle n’est qu’empruntée.

La danse est un mouvement qui bat la musique.

La pluie inonde mes yeux, je tords mes paupières.

Si créer était crier,
tout le monde m’entendrait
hurler.

L’apaisement s’embaume là où la blessure s’évanouit.

Publié par

denisegirardsoupir

Raconter ma vie serait simplement une erreur. Profitez du temps qui passe et peut-être bien qu'un jour, on me racontera.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s