Du Vrac en Vrac

Considérant que mon écriture n’est qu’un produit en Vrac je m’emballe souvent à rédiger des trucs variés…attention je ne dis pas avariés… (…ça peut arriver) mais bien variés. C’est comme une montée d’adrénaline qui me pousse à sortir de mon corps pour ne plus ressentir ce même corps. Je ne respecte pas nécessairement de ligne de pensée mais parfois je n’écris qu’une seule ligne qui fait réfléchir ou laisse perplexe.

Mon écriture en Vrac n’est rien d’autre qu’un moment où je trouve une brèche dans ma vie qui me permet de m’évader ne serait-ce que le temps d’une respiration.
Le temps d’une souffrance qui est derrière moi.
Le temps de me retrouver.
Je crois que ça m’a sauvé la vie

Pour terminer en vrac quelques tweets et autres trucs :

L’amour est un sentiment tellement fort que l’on fini toujours par le détester jusqu’à ce que le plus fort l’emporte…

Il n’y  a que les fous qui ne changent pas d’idée…sauf que celui qui change trop souvent d’idée peut nous rendre fou.

Ne rien avoir dans la tête alors que le coeur lui est en surcharge…

Une lampe de détente sensorielle…serait-ce l’écran de mon portable ?

Je ne note jamais rien
je remarque
dans ma tête tout s’inscrit
comme les oublis.

Je termine sans oublier deux photos « pas rapport »

Neige fondante
sous un soleil de printemps
sans l’ombre d’un doute

Rock Dans L’Corps (Satan)

Prenez note que ceci n’est qu’une pré-maquette ou…maquette…il m’arrive de m’égarer dans ce labyrinthe musical, pardon. De toute manière ça signifie que nous pouvons toujours la retoucher pour l’adapter à l’interprète. D’ailleurs je sais que Marco Baio, le compositeur serait prêt à ajuster quelques notes. Il n’est pas complètement fermé au changement et moi j’adore jouer avec les mots.

Merci de votre écoute !

 

Auteure : Denise Johanne Girard, Laval, Qc. / SOCAN
Compositeur : Marc Baio / SACEM

Il me reste encore…

Encore
trop souvent des mots
qui ne peuvent trouver un chemin

alors j’écris

J’écris encore

et demain peut-être que…
écrire aura porté fruit…

Mais…
ce que je préfère est de fuir

Fuir…et encore Fuir…

Cette perte de temps est l’emblème de mes rides que j’envoie promener.

Un jour mes cheveux blancs auront été châtains mais mes yeux bleus le seront toujours.

J’aime fuir pour ne pas avoir mal

Ne pas avoir mal…

Mais de quoi ?

Déployer ses ailes

Elle était seule à l’automne 2015 sur notre terrain dans les Laurentides. Nous sommes arrivés une fin de semaine et elle était là. Sortie de nulle part. Nous voyons souvent des bernaches du Canada mais c’était bien la première fois que l’on pouvait observer une oie des neiges juvénile de si près. Je crois que c’est plutôt rare que ça arrive dans la région de Mont-Laurier.

oie des neiges
Son regard se tournait souvent vers le lac. Elle semblait attendre….son père…sa mère…ses pairs ?

DSCN6882La neige…Cette couche de neige et le froid la rendait encore plus vulnérable à mes yeux.

Sur la rive du lac elle cherchait à l’horizon des guides pour l’accompagner en d’autres lieux. oie des neiges
Lorsque l’hiver se fit sentir et que le lac se glaça pour faire place à une immense patinoire. L’oie solitaire prit son envol.

Déployer ses ailes. Apprendre à s’envoler. S’éloigner en solo. Effectuer sa migration.oie des neiges

oie des neiges
Elle me manque…J’espère de tout coeur qu’elle est arrivée à bon port.

Quelques photos en bonus…je crois bien en avoir pris des centaines tellement elle était belle.

oie des neiges
Focus
oie des neiges
Focus fait !
oie des neiges
Au Repos !
oie des neiges
Replace ses plumes
merde crotte caca d'oie des Neiges
merde – crotte – caca d’oie des Neiges…y’en avait comme s’il y avait 1000 oies… bleuk…
crotte merde caca d'oie des neiges
crotte – merde – caca d’oie des neiges avec un peu de blanc pour varier…
oie des neiges
Au bord de l’eau…pour boire et attendre un peu les autres.
oie des neiges
Elle mangeait sans arrêt ou presque et…
oie des neiges
…la bouffe lui sortait du bec !
oie des neiges
Une cachette
oie des neiges
oie des neiges dans la neige

oie des neiges

oie des neiges
oie des neiges me fuyant malgré ma gentillesse.