J’étais là…(cimetière de mon coeur)

Balade automnale au cimetière Notre-Dame-Des-Neiges.

Murmure des feuilles mortes, ce doux silence. Là où je vous attendrai jusqu’au bout de la mort.

Ce jardin était silencieux, avec ses allées tombales, ses peupliers étêtés, ses gazons piétinés, à moitié morts. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)

Est-ce que son coeur bat toujours sous ce lourd ciment ?Le signe.Son nom effacé sous les couleurs de la vie.Lamartine savait déterrer la poésie.Ne pas mourir seule.

La mort n’échappe pas à la mémoire des vivants.

De retour un peu plus tard pour une suite. Je dois quitter. Belle semaine à vous tous et merci de suivre mes quelques mots sur de bien petites photos.

Publié par

denisegirardsoupir

Raconter ma vie serait simplement une erreur. Profitez du temps qui passe et peut-être bien qu'un jour, on me racontera.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s