Des mots

À la tombée du jour l’amour……cour(t)…

J’embrasserais le jour, et voguerais sur les nuits si le temps pouvait me donner le souffle de l’espoir.

Dans l’ombre des hommes, je vais mon chemin, et dans la silhouette de mes pas, je ne reviendrai jamais sur la lueur de ma jeunesse.

Si les voyages forment la jeunesse, comme je dois être vieille.

J’ai besoin de me fondre dans la glace, pour ne plus voir mon reflet.

Le mouchoir rangé dans mon tiroir, pleure les jours heureux.

Si les vagues pouvaient effacer la houle de ma vie.

Mon cœur me blesse tellement, que demain il sera mort.

Le silence tue, mais les mots assassinent.

La vie m’égorge pourtant je la chérissais tant…

Le sang coule, les larmes l’écoulent.

Pourquoi j’ai le mal de toi?  Parce que le rêve ne s’éveille jamais.

[Denise Girard, Laval, Qc. © 23 octobre 2009]

Pont couvert à Kiamika, Québec.

Publié par

denisegirardsoupir

Raconter ma vie serait simplement une erreur. Profitez du temps qui passe et peut-être qu'un jour on me racontera...

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s