des mots

Je suis morte de frayeur face à ce mur qu’est la vie.

Ce n’est pas l’amour qui fait mal, mais le toujours qui ne dure pas.

Je fermerai toutes les fenêtres avant de prendre la porte.

Il y eut tant de neige, que les oiseaux volent désormais plus haut, pour y construire leur nid.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s