Dévorer

Je puis compter les heures jusqu’à minuit.
Ensuite, je m’envole vers la folie des minutes qui s’écoulent comme l’enfer.
L’enfer venant dévorer, le peu de rêves qui m’habite.

Photo indifférente à mes cauchemars.

souvenir, Floride 1976. Les dents blanches, la peau cramée.

Publié par

denisegirardsoupir

Raconter ma vie serait simplement une erreur. Profitez du temps qui passe et peut-être bien qu'un jour, on me racontera.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s