Suite : Solitude ou solitudes…

Suite à la lecture de cette magnifique citation de Xavier Fisselier : « Les solitudes se croisent et s’entrecroisent. La mémoire revêt sa longue robe de pensées et sauve l’âme de l’écueil de l’oublie. Son arôme est infini. »

Je viens d’écrire ce petit texte très rapidement, il n’est que le reflet de ma pensée que m’a inspiré la citation de Xavier Fisselier ci-haut.

La solitude pour éviter l’abandon.

La solitude, un grand vide.

Il y a cette solitude qui nous laisse toujours un grand vide intérieur. Cette solitude abandonnée par un être cher qui part vers une destination que l’on ne connait pas. Quelque part où le ciel est plus bleu, les étoiles plus brillantes. Un lieu où personne ne revient sauf, oui sauf, dans nos pensées, nos prières et nos souvenirs. Souvent, oui souvent, nous revient le goût d’une larme qui ne s’évapore jamais dans l’impérissable amour que l’on porte à un être cher. L’âme revivra dans l’arôme de notre mémoire, qui même si elle oublie, demeure en nous pour nous rappeler à elle, dans l’éternel.

La solitude des décalages :

Cet arôme est un silence que l’on tisse autour de nous tous les jours. Où l’on aurait pu entendre le son d’une voix. Où l’on aurait pu entourer des épaules d’affections. S’enlacer en frémissant. Encadrer un visage entre ses mains. Tremper ses lèvres dans des larmes de bonheur. Emprisonner un regard à tout jamais, au fond de soi.

Il est facile d’éveiller la solitude dans l’utopie d’une rencontre.

Et puis, pourquoi faudrait-il briser le charme ?

Rompre le silence, au moment même ou deux êtres croient que l’amour est plus joli que la solitude. Il nous faut toujours rêver, pour ne jamais nous sentir seul. Savoir s’imaginer, pour ne jamais s’oublier. S’inventer une perfection virtuelle, pour un amour éternel.

L’âme est un souvenir qui ne sait périr. Le corps oublie les traces de la vie. Le cœur s’accouple avec l’âme et le corps, pour ne pas créer l’abandon.

Je crois bien que le début d’une solitude se retrouve dans l’attachement à l’autre.

…Je m’ennuie de vous…

Publié par

denisegirardsoupir

Raconter ma vie serait simplement une erreur. Profitez du temps qui passe et peut-être bien qu'un jour, on me racontera.

Une réflexion sur “Suite : Solitude ou solitudes…”

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s