Je parle d’un peu d’amour…

Je suis le pluriel de ta tentation… 

J’oublie l’obéissance lorsqu’arrive la jouissance.

 Séduisez-moi je vous en supplie, que je puisse réécrire l’amour.

C
omment refaire une vie qui se défait ?

Tes lèvres sont ma jouissance éternelle.
Je suis une femme de lettres, illettrée.

Il me suffit d’entendre votre cœur battre pour que le mien s’arrête.

I
l existe des musiques pour  nous faire oublier les ténèbres :

 

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s