Il ne manque que toi

Il ne manque que toi et l’odeur de ta peau

Combinant les couleurs chaudes à celles de l’hiver
Aux courbes érotiques sur une toile de pierre
Surplombant la route qui mène à mes rêves
La barge recherche la grenouille sautillant sur la grève
C’est bien là où mes amours s’envolent.  En dérive
La lune danse romantique sur le lac qui m’enivre.

Je vogue sur un radeau sans rame
Ferme cette fenêtre qui me mène à toi
Je n’en peux plus. C’est un drame

Oublie-moi…oublie-moi…oublie-moi…

Je ne puis t’oublier…Je ne puis t’oublier…Je ne puis t’oublier…

Soupir, 7 février, 2004 ©

 

Publié par

denisegirardsoupir

Raconter ma vie serait simplement une erreur. Profitez du temps qui passe et peut-être bien qu'un jour, on me racontera.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s