silence

Lorsque je crois avoir tout dit, le silence revient.

Le silence casse comme la coquille recouvrant l’embryon.

L‘humain n’en est plus un lorsqu’il respecte le silence, car, il est toujours à la recherche de sa petite voix intérieure.

J‘entends le silence dans le silence détruisant le vacarme de mes prières non exaucées.

Je vague sur le désert de mes espoirs défoncés d’illusions inconcevables.
Me retirer en silence.

Laisser un commentaire (gentil)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s